Reportage avec L'opéra urbain "Le Dragon de Calais"

Un album pour se replonger dans le spectacle “le Dragon de Calais”

Le compositeur Mino Malan complice artistique de François Delaroziere depuis trente ans, sort un album dédié au Dragon de Calais, un spectacle qui avait réuni plus de 400 000 personnes à Calais en novembre 2019. Dans le contexte actuel, ce souvenir paraît irréel. Ecouter cet album, c’est se replonger dans les rues de Calais, c’est arpenter son front de mer entouré de milliers de personnes, de joie et d’émotions. Soutenu par la Ville de Calais et coproduit par Art Melodies et La Machine, cet album se compose de 11 titres aux sonorités lyriques, classiques ou rock et nous fait le récit du Dragon de Calais.

© Angélique Lyleire

Le second album de Mino Malan, d'après les spectacles de la machine

Naviguant entre minimalisme, musique classique et rock, Mino Malan se joue aussi bien des rugissements organiques du Dragon que des voix diaphanes des choeurs. Dans cet album, le compositeur alterne morceaux tempétueux et puissants comme « Le Dragon des Mers » et morceaux plus intimes comme « Chirico » où la voix de la chanteuse Anne-Laure Touya se pose sur des sonorités orientales. Si le son rock de certains titres fait référence à l’Angleterre toute proche, les choeurs du « Cercle de feu » évoquent quant à eux l’Angleterre plus ancienne de Thomas Tallis en interprétant un chant quasi liturgique.

En alliant délicatement cuivres, cordes et voix, Mino Malan construit dans ce deuxième album un univers sonore où l’onirisme, le fantastique et l’imaginaire deviennent sacrés.

Avec Calais la ville et ses habitants c’est une longue et belle histoire, et elle est loin d’être terminée… J’ai composé l’essentiel des thèmes de la Symphonie Mécanique dans les anciens abattoirs de la ville (aujourd'hui 'Le Channel'). J’ai fait mes premiers pas de compositeur dans cette ville ! Et j’y suis retourné bien des fois depuis.

La vision du Dragon lors de sa construction m’a inspiré une matière sonore puissante et âpre. J’y ai mis beaucoup de guitare et beaucoup de batterie. C’est dense, rock, c’est plus Anglais ! Mais il y a tout de même beaucoup de mélodies françaises !

Mino Malan

Mino Malan, pendant le spectacle ‘Le Dragon de Calais’
© Pedro Levier

© Angélique Lyleire

Une bande originale dont les sonorités participent à la narration du spectacle ​

Cela fait des années qu’après chacun des spectacles de La Machine, le public réclame les musiques qui les ont enchantés. Nous avons tous vécu lors de ces moments de théâtre dans l’espace public, un frisson. Certes les machines à l’échelle de la ville sont saisissantes, leur facture et leur taille nous éblouissent. Mais si vous détournez vos yeux de celles-ci quelques instants, alors vous remarquez qu’elles sont accompagnées par un ou plusieurs orchestres, un choeur qui interprète leurs partitions en live souvent perchés sur des nacelles de chantier. 

Au-delà de la prouesse technique, la musique de Mino Malan participe indéniablement à la narration de ces spectacles. Elle nous transporte et nous immerge dans une émotion commune et fédératrice.

Mino est un homme en mouvement, animé par des spectacles de rue gigantesques. J’ai sorti ma casquette de producteur et proposé de l’accompagner dans l’enregistrement de ses compositions. Il s’est consacré à cet album autour des musiques extraites du spectacle « Le Dragon de Calais » avec la même passion qui l’anime sur scène. La route a été semée d’embûches car enregistrer des oeuvres orchestrales monumentales en ces temps de confinement relevait d’un pari fou. Mais quand on joue avec les Géants et les Dragons rien n’est impossible, les musiques sont dans la boîte et nous replongent avec force dans le monde merveilleux de la Cie La Machine.

Olivier Samouillan, Art Melodies

© Angélique Lyleire

© Stéphane Ribeiro Da Ascencao

Pré-écoutez et commandez votre album et son livret / poster

Sur la pochette de l’album, un cercle de feu surplombe un dragon bleu. Eclairé par des torches, il est immense, c’est Le Dragon de Calais, en novembre 2019. 

À l’ouverture du CD, on accède à l’univers de ce compositeur singulier qu’est Mino Malan. L’ensemble des paroles s’offre à vous, au verso d’un poster d’une image du spectacle digne d’un film de Spielberg. Installez-vous confortablement dans un fauteuil, fermez les yeux et laissez-vous transporter par les 11 titres qui réveillent et révèlent l’émotion du spectacle original.

Photos : © Angélique Lyleire, © Pedro Levier, © Stéphane Ribeiro Da Ascencao